IGIKALI

la maison apaisante

DiabÚte, obésité, hypertension artérielle

DAte de création

2022

Public cible

Femmes vivant avec un diabÚte, une obésité et/ou une hypertension artérielle

Localisation

Ivry-sur-Seine

Objectifs

  • Accompagner les femmes vers l’autonomie
  • Renforcer leur capacitĂ© d’agir
  • AmĂ©liorer leurs conditions de vie et leur santĂ©

MĂ©thodologie

  • Accueil inconditionnel
  • Prise en charge globale
  • RĂ©ponses aux urgences
  • Pair-aidance
  • ActivitĂ©s de bien-ĂȘtre

DonnĂ©es clĂ©s – 2022

  • 200 femmes accompagnĂ©es
  • 12 activitĂ©s collectives proposĂ©es chaque semaine

Partenaires opérationnels

  • HĂŽpitaux de la RĂ©gion Ile-de-France, Revesdiab, Siel Bleu, Centre municipal de santĂ© Ivry-sur-Seine, PĂŽle Emploi, Appartement de coordination thĂ©rapeutique

Contexte d’intervention

En 2019, l’équipe d’Ikambere a rencontrĂ© des dizaines de professionnel.le.s de santĂ© pour Ă©changer sur la pertinence du dĂ©ploiement de son modĂšle d’accompagnement Ă  d’autres pathologies chroniques affectant les populations prĂ©caires. Les Ă©quipes mĂ©dicales ont exprimĂ© des difficultĂ©s Ă  prendre en charge les populations vivant en situation de prĂ©caritĂ© et touchĂ©es par un diabĂšte, une obĂ©sitĂ© et/ou une hypertension artĂ©rielle en Ile-de-France.

LES POPULATIONS PRÉCAIRES SONT PARTICULIÈREMENT VULNÉRABLES FACE À CES PATHOLOGIES :

  • La prĂ©caritĂ© favorise le dĂ©veloppement de ces maladies (difficultĂ© d’accĂšs Ă  une alimentation saine, Ă  l’activitĂ© physique, Ă  l’information, etc.)
  • La prĂ©caritĂ© aggrave l’état de santĂ© des personnes touchĂ©es (non-observance des traitements, conditions de vie non adaptĂ©es, etc.)

LA PRISE EN CHARGE DE CES PATHOLOGIES SUR LE TERRITOIRE EST :

  • CloisonnĂ©e entre diffĂ©rents acteurs et types de structures (mĂ©dicales, mĂ©dico-sociales, etc.)

  • LimitĂ©e Ă  une prise en charge mĂ©dicale et thĂ©rapeutique alors qu’elle passe aussi par un accompagnement sur l’évolution des comportements sociaux

Forte de 25 ans d’expĂ©rience dans la prise en charge des femmes prĂ©caires, Ikambere dĂ©cide de crĂ©er un centre de ressources dĂ©diĂ© aux femmes vivant avec ces pathologies, afin de les accompagner vers une meilleure qualitĂ© de vie et vers l’autonomie.

Notre action

Igikali propose un accompagnement holistique et centrĂ© sur les besoins exprimĂ©s par les femmes. A l’exception du suivi mĂ©dical que la femme poursuit avec son mĂ©decin (Ă  l’hĂŽpital, en libĂ©ral ou en centre de santĂ©), la maison Igikali permet de trouver en un mĂȘme lieu un accompagnement global proposant :

  • Sur le plan de la santĂ©: l’éducation thĂ©rapeutique, l’activitĂ© physique, la nutrition, les soins de supports et de bien-ĂȘtre (socio-esthĂ©tique, danse thĂ©rapie
)
  • Sur le plan social: un suivi individuel avec une assistante sociale (pour l’ouverture des droits de santĂ©, l’accĂšs Ă  l’hĂ©bergement, au logement, l’ouvertures d’aides sociales
), le soutien et le partage d’expĂ©riences avec les autres femmes du centre (pair-aidance, rupture de l’isolement)
  • Sur le plan de l’emploi : avec un accompagnement Ă  l’insertion professionnelle

Projet de recherche interventionnelle 2021 - 2023

DĂšs janvier 2021, l’association a souhaitĂ© associer un volet recherche au projet Igikali afin de mesurer, l’impact de l’accompagnement proposĂ© sur la vie des femmes et ainsi d’apporter un regard scientifique et une portĂ©e plus large Ă  son travail de terrain.

MenĂ© par Julia Eid, doctorante en santĂ© publique, sous la direction d’Annabel DesgrĂ©es du LoĂ», les objectifs de ce projet de recherche sont :

  1. CaractĂ©riser l’accompagnement global proposĂ© par la structure Igikali,
  2. Mesurer l’impact de cet accompagnement sur la situation socio-Ă©conomique et de santĂ© des femmes,
  3. Analyser les processus d’empowerment, d’amĂ©lioration de la qualitĂ© de vie, du niveau de littĂ©ratie en santĂ© et d’agentivitĂ© des femmes accompagnĂ©es,
  4. Evaluer l’efficience de cet accompagnement par rapport Ă  un parcours de soin classique dans le systĂšme de santĂ©.

Cette recherche va permettre de dĂ©velopper des connaissances sur la stratĂ©gie de prise en charge de ces maladies chroniques, et plus spĂ©cifiquement sur la mĂ©thodologie d’accompagnement global mis en place par l’association Ikambere.

En savoir plus :

Revues de littérature :

Notre impact

L’accompagnement proposĂ© au sein de la Maison apaisante favorise l’amĂ©lioration de la santĂ©, de la qualitĂ© de vie et l’autonomisation socio-Ă©conomique des femmes. A travers la prise en charge globale qui va au-delĂ  des situations d’urgence, l’accompagnement permet aux femmes de trouver des solutions durables face Ă  leurs problĂ©matiques sociales (accompagnement vers l’accĂšs au logement, aux droits et Ă  l’emploi, rupture de l’isolement social, etc.) et d’apprendre Ă  mieux vivre avec la maladie (Ă©ducation thĂ©rapeutique, soins de support). L’accompagnement proposĂ© vise Ă  induire une rĂ©duction des coĂ»ts en santé dans le parcours de ces personnes, par la rĂ©duction des hospitalisations, une meilleure observance aux traitements et une meilleure hygiĂšne de vie.

Sortie du film

À l'ombre de la maison reposante​


A l’occasion de la journĂ©e mondiale de lutte contre le VIH/Sida, l’association Ikambere prĂ©sente « A l’ombre de la maison reposante », un film de SĂ©bastien Spitz.

InaugurĂ©e en mai 2021, la Maison reposante offre des sĂ©jours « SantĂ©, bien-ĂȘtre et sororitĂ© » aux femmes vivant en situation de prĂ©caritĂ© et avec le VIH-Sida. Unique en son genre, la Maison favorise la crĂ©ation du lien entre paires et renforce l’accompagnement global proposĂ© dans le centre d’accueil de jour historique d’Ikambere Ă  Saint-Denis.